Le jardin philosophique, arch. du paysage Benoît Fondu (2000)

Les Romains de l’Antiquité définissaient une certaine forme de bonheur par le terme d’otium qu’ils opposaient à negotium, au labeur. L’ otium était, pour eux, cette capacité de l’homme à ne rien faire qui le rendait libre et dispos à lui-même et, ce faisant, aux autres. À l’heure où gazouillent davantage les sonneries des téléphones portables que le chant des oiseaux, nous avons cru bon d’aménager un “Jardin philosophique” pour l’otium de nos visiteurs.

Dans ce jardin philosophique quatre artistes de renommée internationale ont d'abord aménagé des “chambres philosophiques” : Catherine Beaugrand (F), Marie-Jo Lafontaine (B), Perejaume et Bob Verschueren (B); puis, Pierre Portier (B) a réalisé les bancs qui permettent d'en jouir et de les contempler.
Dans le jardin du Banquet religieux, Érasme s’attardait pour : “y étudier, ou [s’y] promèner, seul, ou en compagnie d’un ami avec qui [il conversait].”

Quittant le jardin clos de René Pechère, vous pénétrez dans un second jardin rythmé, non plus par des carrés, mais par des parterres en forme de feuilles issues de l’imagination de l’architecte du paysage Benoît Fondu. Chacune contient un échantillon botanique des paysages traversés par Érasme au cours de ses voyages. Ces feuilles forment autant de territoires partiels et autonomes, un résumé du monde que connaissait Érasme, bouts de nature hétérogènes et déterritorialisés reliés en un même lieu par le geste de l’architecte et des quatre artistes. Nous avons privilégié quatre cheminements qui furent significatifs pour Érasme : à l’intérieur des Pays–Bas, vers Londres, vers Rome et vers Bâle. Pour chacun de ces voyages, nous avons distingué les paysages qu’Érasme rencontrait.

Le jardin a été imaginé par le conservateur Alexandre Vanautgaerden, en collaboration avec le botaniste Georges Mees et l'architecte Benoît Fondu. La création et l'aménagement du Jardin philosophique a fait l'objet de publications d'Alexandre Vanautgaerden en 2000 (Hortus Erasmi) et en 2001 (Otium).

haut de la page
jardin philosophique