Belgica

La bibliothèque numérique de la bibliothèque royale de belgique

Parallèlement à l'exposition, la Maison d’Érasme publie aux éditions Brepols, un fac-similé d’un ouvrage unique au monde, la Logica vetus imprimé en 1474 par Thierry Martens. Cette démarche s’inscrit dans un programme plus large de valorisation du patrimoine de la Bibliothèque royale de Belgique et de sa future numérisation dans le cadre de la bibliothèque virtuelle baptisée Belgica@kbr.be. Ce projet, à l’instar de la bibliothèque numérique européenne « Europeana », se donne pour mission de faciliter l’accès des collections de la Bibliothèque Royale tant aux amateurs avertis qu’aux professionnels de la recherche scientifique. Belgica@kbr.be repose principalement sur quatre axes : les œuvres patrimoniales, les ouvrages de référence, les collections de journaux ainsi que les expositions virtuelles. Nul doute que ce projet novateur marque une nouvelle étape importante dans la modernisation des modes d’accès au savoir proposés au public.

Les visiteurs de l'exposition pourront consulter, dans la bibliothèque du musée, six ouvrages numérisés sur Belgica qui illustrent les débuts de l’imprimerie en Belgique. Ils pourront ainsi feuilleter, et non point seulement regarder une page d’un livre exposé.

Dionysius Carthusianus [Denis le Chartreux = Denis de Ryckel]
Speculum conversionis peccatorum
Alost, [Jean de Westphalie et Thierry Martens], 1473 .
KBR – Réserve Précieuse, INC A 1.329.
Le premier livre imprimé en Belgique avec une date est un traité de théologie du chartreux Denis de Ryckel, auteur prolifique « belge » du xve siècle. Il est l’œuvre des typographes Jean de Westphalie et Thierry Martens à Alost en 1473.

Æneas Sylvius Piccolomini [Pie II]
De duobus amantibus Euryalo et Lucretia
Alost, [Jean de Westphalie et Thierry Martens], 1473
KBR – Réserve Précieuse, INC A 1.328.
Le premier texte d’un auteur italien imprimé en Belgique est le De duobus amantibus d’Ænas Sylvius Piccolomini, futur pape Pie II (1458-1464), qui relate les amours illicites d’un jeune prince allemand, prénommé Euryale, avec la jeune et belle Lucrèce, mal mariée à un vieux notable siennois. Cet ouvrage est sorti des presses de Jean de Westphalie et de Thierry Martens à Alost en 1473.¬


Augustin (S.) (Pseudo-)
Manuale
[Add.] Psalterium. Septem psalmi ad laudem Mariae
Alost, [Jean de Westphalie et Thierry Martens], [1473] ¬

KBR – Réserve Précieuse, INC 2.124.
Saint Augustin, Père de l’Église, est un des auteurs les plus lus et les plus commentés au Moyen Âge. Sa renommée est telle que certains n’ont pas hésité à lui attribuer toute une série de textes qu’il n’a jamais écrits, à l’image de ce recueil imprimé par Jean de Westphalie et Thierry Martens à Alost en 1473.

Aristoteles [Aristote]
Organon [Logica Vetus]
Alost, Jean de Westphalie et Thierry Martens, 1474
KBR, INC A 2.343.
Le 6 mai 1474 paraît chez Jean de Westphalie et Thierry Martens, à Alost, un manuel de philosophie d'Aristote destiné à l'apprentissage des rudiments de la logique. Si le contenu de ce livre n'a rien de remarquable en soi, l'exemplaire de la Bibliothèque Royale présente par contre une valeur exceptionnelle puisqu'il s'agit du seul exemplaire complet connu au monde. La Maison d’Érasme en publie un fac-similé chez l’éditeur Brepols, avec une étude de Renaud Adam.

Baptista Spagnuoli Mantuanus
De vita beata tractatulus
Alost, Thierry Martens, 1474
KBR – Réserve Précieuse, INC A 2.229.
Jean de Westphalie et Thierry Martens rompent leur association au cours de l’année 1474. Thierry Martens reste seul à Alost le temps d’imprimer deux textes, dont ce livre du carme italien Baptista Mantuanus, le De vita beata, qui relate le dialogue entre un étudiant et son professeur, un carme en l’occurrence, sur le véritable art de vivre.

Tabulare Fratrum Ordinis
Deiferæ Virginis Mariae de Carmelo
Alost, Thierry Martens, [1474]
KBR – Réserve Précieuse, INC A 1.330.
Au cours de l’année 1474 Jean de Westphalie et Thierry Martens rompent leur association. Thierry Martens reste seul à Alost le temps d’imprimer deux textes, dont ce traité de théologie qui est l’œuvre d’un carme gantois, Peter de Bruyne.

haut de la page
Image